CANDYMAN

1992

RÉALISATION: Bernard Rose
SCÉNARIO: Bernard Rose
AVEC: Virginia Madsen, Tony Todd, Xander Berkeley, Kasi Lemmons et Vanessa Williams

Avec un répertoire horrifique aussi vaste, il n'est pas étonnant de constater que les légendes urbaines soient la source de bon nombre de films d'horreur. On n'a qu'à penser à When A Stranger Calls, Black Christmas et bien sûr, la série Urban Legend. Bien que la majorité de ces films applique une approche classique, Candyman se sert d'une légende bien connue comme catalyseur à une histoire beaucoup plus complexe.

Helen Lyle et son amie Bernadette Walsh écrivent une thèse universitaire sur l'impact des légendes urbaines sur la société. Lors de leurs recherches, elles découvrent la légende de Candyman, un spectre qui éviscère ses victimes à l'aide d'un crochet après que celles-ci aient prononcé son nom cinq fois devant un miroir. Selon la croyance populaire, il semblerait que Candyman soit la cause d'une série de meurtres survenue dans un quartier très paumé de Chicago. En investiguant, Helen s'aperçoit que les habitants du coin sont persuadés de l'existence de Candyman. Lorsque la figure mythique lui apparaît, Helen se voit impliquée dans une série de meurtres sordides! Candyman est-il vrai, où Helen est-elle tombée sous l'emprise de la légende ??

C'est exactement ce genre de questions qui rend Candyman si mystérieux. Et ne croyez surtout pas que le tout se résoud au bout d'un visionnement... Basé sur la nouvelle The Forbidden écrite par Clive Barker (Hellraiser), Candyman est une observation juste et macabre sur l'influence des légendes urbaines. Le réalisateur Bernard Rose (Paperhouse) livre un film à priori simple, mais comprenant un second degré fascinant. Son film peut être interprété de différentes façons, soit comme un slasher traditionnel ou une histoire de fantômes, mais c'est son côté psychologique subtil qui finit toujours par ressortir.

Le scénario utilise une variation de la légende de "Bloody Mary" et la situe dans un des quartiers les plus paumés d'Amérique. Rose remplace les décors macabres typiques aux films d'horreur par un immeuble délabré peuplé par une communauté noire très pauvre. En plus d'accentuer le contenu social du récit, ce choix donne droit à un excellent choc de culture. Il n'est donc pas étonnant que le Candyman soit personnifié par un acteur noir et que son passé soit marqué par une ségrégation raciale. Dans le rôle du Candyman, Tony Todd (Night Of The Living Dead '90, Final Destination) est excellent malgré un nombre restreint d'apparitions. L'acteur a une prestance sans pareil et réussit à faire de son Candyman un être mythique, effrayant et ô combien ambiguë! Le scénario ajoute la juste dose d'exposition pour rendre son personnage crédible sans pour autant enlever de son mystère.

Pour ajouter au côté mythique, Bernard Rose utilise plusieurs imageries qui titillent l’imaginaire. La présence de Candyman est toujours accompagnée par un état de transe de la protagoniste (obtenue en hypnotisant l’actrice Virginia Madsen). L’esthétisme du film est aussi irréprochable. Les éclairages colorés contrastent avec le building lugubre et les nombreux graffitis sont une partie importante de l’histoire. La musique, composée par Philip Glass (The Church), est à l'image du personnage de Candyman, c'est-à-dire envoûtante et effrayante! La composition de Glass va à l'encontre du stéréotype musical des films d'horreur, mais c'est ce qui en fait une des meilleures trames jamais composées pour le genre!

Outre son ambiguïté narrative, son esthétisme rehaussé et son boogeyman devenu culte, Candyman est avant tout un superbe film d’épouvante très effrayant. La décennie des années 90 est souvent considérée comme la moins prolifique en terme d'horreur. Cela n'empêchera pas les amateurs plus persistants d'y dénicher quelques joyaux. Candyman fait définitivement partie de cette catégorie. Je dirais même que c'est un classique largement sous-évalué.

  • Dany Champagne

  • • Candyman: Le Spectre Maléfique (version française/Québec)

     

    Candyman: Farewell To The Flesh (1995)
    Candyman 3: Day Of The Dead (1999)

     

    Urban Legends: Bloody Mary (2005)
    Phantasm (1979)

     

     
     


    Horreur Web © 2003-2010
    Création/rédaction: Dany Champagne • Graphisme: Daniel Bérard