DARKNESS

2004

RÉALISATION: Jaume Balagueró
SCÉNARIO: Jaume Balagueró et Fernando de Felipe
AVEC: Anna Paquin, Lena Olin, Iain Glen, Giancarlo Giannini et Stephan Enquist

Après être sorti en Europe en 2002, Darkness a engendré plusieurs critiques positives tant chez les cinéphiles que les journalistes. En raison de cet engouement, Dimension Films a acheté les droits pour la distribution en Amérique du Nord. Plus de deux ans plus tard, le film de Jaume Balagueró (The Nameless) sort enfin sur nos écrans ... avec quelques scènes en moins dans le but d'obtenir la côte 13 ans et plus. La critique qui suit est celle de la version intégrale qui est disponible en DVD européen.

Darkness raconte l'histoire d'une famille américaine qui déménage en Espagne. La maison qu'ils habitent était restée vide durant 40 ans. Ce nombre d'années coïncide avec la mystérieuse disparition de 7 enfants aux mains d'un étrange culte. De ses enfants, un seul a été retrouvé vivant, mais son témoignage ne fait aucun sens. Nouvellement installée dans sa demeure, Regina (Paquin), l'adolescente de la famille, remarque d'étranges changements chez les membres de sa famille. Son père est devenu agressif, sa mère, distante et d'étranges ecchymoses sont apparues sur le corps de son petit frère. En investiguant, Regina apprend ce qui c'est passé 40 ans plus tôt dans sa maison. Elle doit maintenant convaincre sa famille de partir avant que les forces du Mal viennent chercher le septième enfant.

Avec Darkness, le réalisateur Jaume Balagueró nous offre un film d'horreur très atmosphérique. Le film repose en grande partie sur le visuel léché et les jeux d'éclairage. Le scénario, lui, comporte quelques lacunes du côté narratif. Plusieurs aspects ne nous sont pas expliqués et c'est ce qui rend le film effrayant à mon avis. Ironiquement, c'est en grande partie le défaut principal que lui a reproché le public nord-américain. Je dois avouer que l'histoire entourant le culte et les sept enfants aurait pu être mieux développée. Par contre, pour ce qui est du reste, j'ai bien aimé. Le dernier trente minutes ressemble à un croisement entre The Shining et The Amityville Horror qui aurait été réalisé par Dario Argento (Suspiria). Balagueró garde le spectateur en haleine puisque Darkness, malgré tous les défauts qu'on peut lui trouver, est un film extrêmement imprévisible. Les acteurs sont tous bien choisis, surtout Anna Paquin dans le rôle de Regina.

Si vous avez aimé le style d'ambiance que dégageait The Others, Darkness est dans le même style. À ma grande surprise, j'ai beaucoup lu de commentaires hyper négatifs venant des cinéphiles québécois. Je ne sais pas si c'est dû à la version censurée, mais, à mon avis, Darkness est beaucoup plus efficace que les récents Hide And Seek et Boogeyman.

  • Dany Champagne

  • • La Noirceur (version française/Québec)

     

    The Shining (1980)
    The Others (2001)

     

     
     


    Horreur Web © 2003-2010
    Création/rédaction: Dany Champagne • Graphisme: Daniel Bérard