FEAST

2006

RÉALISATION: John Gulager
SCÉNARIO: Patrick Melton et Marcus Dunstan
AVEC: Balthazar Getty, Henry Rollins, Navi Rawat, Jenny Wade et Clu Gulager

La téléréalité est un phénomène qui a pris beaucoup d'ampleur depuis quelques années. Aux États-Unis, elle touche même au monde du cinéma par l'entremise de la télésérie Project Greenlight, produite par Ben Affleck et Matt Damon. Cette émission consiste à trouver un scénario écrit par un amateur et un réalisateur sans expérience pour le mettre en scène. Une équipe de tournage suit pendant plusieurs épisodes la production et le tournage du film. Après avoir consacré les deux premières saisons à des drames (Stolen Summer et Battle Of Shaker High), les producteurs ont décidé de choisir un scénario d'horreur pour la troisième année. Pour l'occasion, ils ont ajouté Wes Craven comme producteur et choisi Feast comme projet.

Un couple entre dans un bar miteux. L'homme et sa femme sont ensanglantés et armés. "Si vous voulez survivre, écoutez-moi et faites ce que je dis", dit l'homme. Plus tôt dans la soirée, le couple a percuté une étrange bête avec leur voiture. Maintenant, le clan est à leur trousse. Les clients du bar devront s'allier pour confronter une famille de monstres sanguinaires!! Carnage s'en suit!!!

Je ne tournerai pas autour du pot: Feast est le meilleur film de "monstres qui attaquent du monde dans un bar" depuis From Dusk Till Dawn!! Le combiné horreur/comédie/suspense/action a rarement été aussi bien utilisé. Véritable "splatter" qui semble tout droit sorti des années 80, Feast fonctionne puisque son scénario absurde et son humour bas de gamme sont traités avec sérieux. Le film est vraiment drôle, mais ce qu'il y a de bien c'est que l'humour n'empiète jamais sur l'horreur. Feast est aussi complètement imprévisible et côté gore, ça "splash" et pas à peu près! Il y a une abondance de sang comme il s'en fait trop peu souvent! En plus de l'hémoglobine, le vomit, le sperme et le "schmu" sont au rendez-vous! Eli Roth peut aller se rhabiller avec son Hostel, Feast ne fait pas seulement semblant d'être dégoûtant... il l'est! Les scènes chocs se comptent par dizaines et j'ai personnellement grimacé à plusieurs reprises. Les coeurs sensibles devront passer leur tour!

Le réalisateur choisi pour le projet est John Gulager, fils de Clu Gulager qu'on a pu voir, entre autres, dans The Return Of The Living Dead, A Nightmare On Elm Street 2 et From A Whisper To A Scream. John a dû regarder les films de son père lorsqu'il était jeune, car l'influence des années 80 se fait énormément sentir. Feast est un film viscéral digne de cette époque glorieuse. L'action et le gore priment sur l'histoire et les personnages ne sont que des numéros près à se faire dévorer par les monstres. De plus, les références cinématographiques sont nombreuses et la finale est même identique à celle de Just Before Dawn. Je donne le bénéfice du doute au réalisateur et aux scénaristes et je vais appeler ça un hommage! Pour son premier film, Gulager démontre tout un potentiel. Le cinéaste a un excellent sens du rythme et, au vu du produit final, il est clair qu'il n'a pas peur des excès.

La façon dont les personnages sont présentés est géniale. Ceux-ci n'ont pas de nom, juste des appellations du style "héros", "barman", "gars en chaise roulante" et des caractéristiques spéciales qui sont nommées à l'écran. Les personnages sont stéréotypés: on y retrouve la blonde stupide, le macho, le loser, mais le scénario utilise les clichés à son avantage. N'essayez surtout pas de trouver qui mourra et qui survivra, vous n'y arriverez pas! Parmi les acteurs choisis, on retrouve bien évidemment Clu Gulager, mais aussi Jason Mewes, le fameux Jay des films de Kevin Smith (Clerks) dans le rôle ... de Jason Mewes! Par contre, les personnages les plus mémorables du film sont les monstres. Ceux-ci ressemblent à une version gluante de la bête de Pumpkinhead qui se serait mis une peau d'animal sur le dos pour se protéger!! En plus de n'avoir aucune pitié pour la race humaine, les monstres de Feast ont une libido assez élevée! Certains cadavres du film peuvent en témoigner!

Le seul défaut que j'ai trouvé au film est que John Gulager a tendance à surutiliser la technique de la caméra à l'épaule. Jusqu'à une certaine limite, ça a ces qualités. En tant que spectateur, on a l'impression de se retrouver dans le déroulement de l'action. Par contre, lors des scènes plus intenses, la caméra bouge tellement que j'ai eu l'impression d'en manquer des bouts. Au moins, le montage est très bien fait et adoucit un peu le tout.

Le terme est cliché, mais je n'ai pas le choix de l'utiliser... Feast est un vrai film de party à regarder entre amis avec des consommations et des gros bols de chips!! Mais ce qu'il y a d'encore plus génial, c'est que même sans consommation et sans amis... le film est un festin destiné à devenir culte! À voir absolument!

  • Dany Champagne

  • Feast 2: Sloppy Seconds (2008)
    • Feast 3: The Happy Finish (2009)

     

    • Dog Soldiers (2001)
    From Dusk Till Dawn (1996)

     

     
     


    Horreur Web © 2003-2008
    Création/rédaction: Dany Champagne • Graphisme: Daniel Bérard