GRIZZLY PARK

2008

RÉALISATION: Tom Skull
SCÉNARIO: Tom Skull
AVEC: Glenn Morshower, Randy Wayne, Zulay Henao, Emily Foxler et Shedrack Anderson III

Advenant que vous croiseriez un grizzly en pleine forêt, que feriez-vous? Partir à courir à toute vitesse? Crier a tue tête pour l'effrayer? Ou parler d'un ton réconfortant pour rassurer la bête? Si vous vous trouvez au milieu de Grizzly Park, cela importe peu. Car les chances que vous croisiez un grizzly féroce assoiffé de chair humaine sont vraiment très mince!

Huit délinquants juvéniles se voient obligés d'aller passer une fin de semaine en pleine forêt sous la supervision de "Ranger Bob", un agent de la faune aux répliques moralisatrices. Le parc dans lequel les jeunes sont amené est nommé Grizzly Park, mais les jeunes n'ont pas à avoir crainte car aucun Grizzly n'y a été vu depuis des décennies. Peut-être était-il en hibernation, mais il semblerait qu'un Grizzly rôde néanmoins dans les parages et il est affamé!!

Il faut donner crédit à Grizzly Park qui s'impose comme étant la référence dans les films de grizzly mangeurs d'homme! Mais avec comme principaux adversaires Grizzly Rage et le surévalué Grizzly de William Girdler, l'éloge est loin d'être positif! Parce que du positif, il n'y en a pas beaucoup dans Grizzly Park! Lorsqu'un film se termine avec une scène qui nous fait dire: "Ah, c'était supposé être une comédie?", c'est pas bon signe. La scène en question met en vedette la dernière survivante qui se fait griffer un sein par le grizzly. Sous l'impact, l'implant mammaire de la victime est projeté contre un tronc d'arbre puis éclate! Ironiquement, la comédienne a de très petits seins, mais bon, on ne s'embarquera pas là-dedans!

Le gros défaut du film en est un récurent dans le genre: trop de bla bla et pas assez de grizzly! Au lieu de précipiter les choses en balançant ses personnages dans les griffes de l'ours, Tom Skull prend bien son temps pour nous les présenter convenablement. D'où sa première erreur! Les personnages de Grizzly Park sont antipathique comme c'est pas possible et leur statut de délinquant juvénile n'est pas crédible du tout. À côté d'eux, les personnages de The Breakfast Club ont l'air de criminels notoires. Les endurer pendant 75 minutes (c'est le temps qui s'écoule avant que l'ours ne daigne débuter son "carnage") tient de la torture mentale.

Le scénario est aussi bourré de culs-de-sac narratifs. Une intrigue impliquant un tueur en série évadé de prison prend toute la place en début de parcours pour être abandonnée totalement après 30 minutes. Même chose pour les tensions raciales dans le groupe de délinquants. Heureusement, les rares spectateurs qui auront réussis à se rendre jusqu'à la fin bénéficieront de quelques moments gores dignes de mention. Tête arrachée, corps coupé en deux et de nombreux coups de griffes sanglants sont au rendez-vous. Étonnement, les effets spéciaux ne sont pas mal du tout et l'horreur de fin de parcours plutôt réussi. C'est dommage que seul cinq minutes du film valent vraiment la peine!

Il doit y avoir une malédiction sur le grizzly car malgré plusieurs tentatives, aucun cinéaste n'a réussi à livrer un film d'horreur satisfaisant. Grizzly Park ne fait pas exception.

  • Dany Champagne

  • Parc Grizzly (version française/Québec)

  • Grizzly (1976)
  • Grizzly Rage (2007)

    Venez discuter de Grizzly Park sur le forum.