THE HUMAN CENTIPEDE
(FIRST SEQUENCE)

2009

RÉALISATION: Tom Six
SCÉNARIO: Tom Six
AVEC: Dieter Laser, Ashley C. Williams, Ashlynn Yennie, Akihiro Kitamura et Andreas Leupold

Je n’avais jamais entendu parler de Tom Six. En fouillant un peu, je me suis rendu compte que sa carrière de réalisateur n’est qu’à ses débuts. Comme beaucoup de gens, ma curiosité fût piquée par la nouvelle d’un film très troublant ayant vu le jour récemment. J’ai donc demandé à mon rédacteur en chef, Dany Champagne, la permission de critiquer The Human Centipede dès que ce serait possible. C’est maintenant chose faite. J’ai vu The Human Centipede et je ne suis pas prêt de l’oublier.

The Human Centipede (First Sequence) est exactement ce qu’il promet d’être : Un film tordu sur un chirurgien fou qui aspire à créer un mille-pattes assemblé d’humains. De façon très clichée, deux jeunes américaines visitant l’Allemagne se retrouvent perdues en forêt suite à une crevaison sur leur voiture de location. Paniquées, elles se mettent à chercher refuge dans les bois. Vous l’aurez deviné, elles tombent rapidement sur la maison du chirurgien retraité, Dr. Heiter (Dieter Laser), qui ne pouvait espérer mieux. Deux verres d’eau empoisonnés plus tard, les jeunes femmes se retrouvent attachées à des lits d’hôpital, forcées d’assister au petit cours que le Dr. Heiter leur a concocté. Elles apprennent alors, en même temps qu’un camionneur kidnappé un peu plus tôt, qu’elles seront cousues l’une derrière l’autre, par la bouche et l’anus, afin de ne former qu’un seul et même système digestif (yé!). Le camionneur tant qu’à lui est éliminé et remplacé par un touriste japonais puisqu’il n’est pas compatible avec les deux autres sujets. Le trio de victimes essaie tant bien que mal de s’échapper mais rien n’y fait. L’opération a lieu. Pas besoin d’être médecin pour s’imaginer qu’une telle opération engendre inévitablement son lot de complications; Je vais vous laisser le constater par vous-même. Deux policiers chargés de la disparition des jeunes viendront toutefois freiner l’enthousiasme du docteur éventuellement.

Ce qui rend The Human Centipede si puissant, c’est bien sûr sa solide réalisation, sa très belle photographie ainsi que ses idées complètement tordues et originales, mais c’est principalement Dieter Laser dans le rôle du Docteur Heiter. Quelle performance. J’en suis encore ébahi. C’est à se demander si le film aurait si bien tenu la route sans cet élément de casting indispensable. Je dois aussi mentionner que la brève description que je fournie avec cette critique ne contient évidemment pas toutes les petites surprises et subtilités qu’offre le film. Je pense, entre autres, au passant que les jeunes femmes rencontrent sur le bord de la route peu de temps après leur crevaison – un vieux cochon qui leur baragouine des saloperies en allemand – qui consiste en un moment peu rassurant mais très drôle! Je pense aussi à la toile qui orne le mur du salon du docteur - de quoi rendre n’importe quel visiteur inconfortable.

Quand Tom Six se fait questionner sur la nature de cette idée tordue, il explique que c’est le fruit d’une blague entre amis. En se demandant comment un violeur d’enfant pourrait être justement puni, l’idée de lui coudre la bouche à l’anus d’un chauffeur de camion obèse leur est venue. La base du film était née. Avec une telle prémisse, on pourrait s’attendre à un film très graphique mais ce n’est pas le cas. Six mise plutôt sur des situations et des images suggestives qui en bout de ligne, sont beaucoup plus troublantes. J’ai d’ailleurs lu dans une entrevue avec le réalisateur que la raison pour laquelle le titre du film est The Human Centipede (First Sequence) est que le deuxième volet, The Human Centipede II (Full Sequence) est déjà en pré production. Il signale aussi qu’il a délibérément gardé la première partie plus suggestive afin de "préparer" le public pour la deuxième partie et de faciliter le financement du projet. D’après ses dires, nous pouvons nous attendre à une seconde partie beaucoup plus dégoûtante…

Je sais que je vais soulever des tollés mais je dois l’avouer : J’ai autant pris mon pied à regarder The Human Centipede que la première fois que j’ai vu The Texas Chain Saw Massacre. Ça devrait en dire long sur mon appréciation. Je vous invite à croire tout ce que vous avez lu et entendu au sujet de ce film. Laissez tomber les comparaisons et laissez-vous aller dans ce qui pourrait bien être le film d’horreur de l’année. Je vous invite aussi à voter pour Dieter Laser comme vilain de l’année lorsque le moment sera venu!

  • Robert Parent

  • • The Human Centipede II (Full Sequence) (2011)

     

    The Texas Chain Saw Massacre (1974)
    • Aftermath (1994)

     

     
     


    Horreur Web © 2003-2010
    Création/rédaction: Dany Champagne • Graphisme: Daniel Bérard