JENIFER

2005

RÉALISATION: Dario Argento
SCÉNARIO: Steven Weber
AVEC: Steven Weber, Carrie Anne Fleming, Beau Starr, Brenda James et Harris Allan

La série Masters Of Horror est l'occasion parfaite pour les jeunes cinéphiles de découvrir des cinéastes qui leurs sont inconnus. Malgré qu'il soit un des cinéastes les plus appréciés dans son domaine, Dario Argento demeure inconnu du grand public. Jenifer était donc l'occasion rêvée d'acquérir une nouvelle audience.

Alors qu'il est en heure de dîner, le détective Frank Spivey est témoin d'une tentative de meurtre. Il intervient à la dernière minute et réussit à sauver la vie de Jenifer, une jeune femme aux courbes ravissantes, mais au visage déformé. La jeune femme est muette et n'a nulle part où aller. Frank décide donc de l'emmener à la maison, au grand damne de sa femme et de son fils. Après que Jenifer ait littéralement dévoré le chat de la famille, la femme et le fils de Frank partent de la maison. Malgré tout, le détective décide de garder Jenifer. Malgré son visage odieux, Frank commence à avoir une attirance sexuelle pour la jeune femme. À mesure que les victimes de Jenifer s'additionnent, Frank se voit prisonnier d'une relation perverse avec ce monstre qui n'a rien d'humain!

Jenifer est un film très étrange pour deux raisons. Premièrement, l'histoire est tout simplement étrange! Basée sur une BD de Bruce Jones, le scénario de Steven Weber mélange un contenu sexuel pervers à une histoire de cannibalisme macabre. La relation entre le détective et Jenifer est à la limite d'être incestueuse et, comme la majeure partie du film y est consacrée, un certain malaise est présent tout au long du récit. Par contre, le traitement parfois léger de certaines scènes amoindrit le côté grotesque de l'histoire. L'humour qu'Argento a voulu intégrer est souvent inutile et nuit à l'impact que le film aurait pu avoir.

L'autre élément qui fait de Jenifer une oeuvre étrange, est que c'est un film totalement différent de ce que Dario Argento a l'habitude de nous offrir. Je dirais même que le cinéaste a complètement américanisé son style, ce qui est la raison d'une certaine déception de ma part. D'un point de vue technique, Jenifer est très bien réalisé. Le problème est que le film n'est pas "argentoesque". Le réalisateur s'est pointé sans ses collaborateurs aux États-Unis pour travailler sur un scénario qu'il n'a pas écrit. Seul le compositeur musical Claudio Simonetti est présent, et encore là, sa musique ressemble plus à une composition de Bernard Hermann. C'est la première fois qu'Argento travaille ainsi et, même si le résultat n'est pas décevant, c'est choquant de savoir que plusieurs cinéphiles vont le découvrir avec une oeuvre qui n'est pas représentative.

Un des éléments les plus réussis du film ne provient pas de la réalisation ou du scénario, mais plutôt des effets visuels de KNB. Le masque qu'ils ont créé pour le personnage de Jenifer est répugnant tellement il semble vrai. Les scènes où la jeune demoiselle se paye des "snacks" humains n'ont pas leur place à donner en terme de gore. Malgré qu'elle doit performer sous un masque, Carrie Anne Fleming est excellente dans la peau de Jenifer. Ceci n'est malheureusement pas le cas de Steven Weber (aussi l'auteur du scénario) qui semble endormi tout le long du film.

Bien qu'il ait autant de bonus que les autres Masters Of Horror, le DVD de Jenifer m'a quelque peu déçu. L'entrevue avec Argento est intéressante, mais elle couvre seulement son épisode de Masters Of Horror et non sa carrière entière comme c'était le cas avec les autres cinéastes. De plus, le documentaire Working With A Master ne contient pas beaucoup de ses collaborateurs. En fait la majorité des personnes interrogées font partie de Jenifer! Le DVD contient aussi des entrevues spécifiques avec les deux acteurs principaux, des documentaires dans les coulisses et une piste de commentaires avec Steven Weber. Pour plus de détails, visitez le site officiel de Anchor Bay.

Malgré mes quelques déceptions, je dois avouer que c'est plaisant de voir Argento quitter le confort du giallo générique dans lequel il s'était installé depuis quelques années. Jenifer n'est pas une grande réussite, mais il contient assez d'audace pour en faire une curiosité agréable dans la filmographie du réalisateur.

  • Mr. Horreur-Web

  • Opera (1987)
  • Two Evil Eyes (1990)

    Venez discuter de Masters Of Horror sur le forum.