MORTUARY

2006

RÉALISATION: Tobe Hooper
SCÉNARIO: Jace Anderson et Adam Gierash
AVEC: Dan Byrd, Stephanie Patton, Denise Crosby, Alexandra Adi et Rocky Marquette

Après avoir donné au genre certains de ses plus grands classiques, le réalisateur Tobe Hooper (The Texas Chainsaw Massacre, Poltergeist, Salem's Lot) a sombré dans la médiocrité. Ça aura pris plus de vingt ans avant que le cinéaste nous redonne un bon film. Toolbox Murders sorti en 2005, signalait le retour en force d'un des maîtres de l'horreur. Après avoir adoré ce dernier film, j'étais curieux de voir son prochain film, question de savoir si le retour de Hooper n'était pas un feu de paille.

Après la mort de leur père, deux enfants se voient dans l'obligation de suivre leur mère dans la petite ville d'Arkham. Celle-ci a décidée de réorienter sa vie en achetant un salon mortuaire qu'elle désire gérer. Arrivée dans leur nouvelle demeure, la famille découvre qu'elle a été laissée dans un piètre état. Il y a aussi des espèces d'algues qui couvrent les murs et les planchers. Ces algues sont étrangement attirées par le sang et peuvent redonner vie aux morts en leur contact. Lorsque le salon mortuaire reçoit ses premiers "clients", ce n'est pas long avant que l'état de panique règne.

On ne change pas une formule gagnante et cela, Tobe Hooper l'a compris. Après le succès critique qu'il a connu avec Toolbox Murders, il a décidé de faire confiance de nouveau aux deux mêmes scénaristes. Jace Anderson et Adam Gierash ont bâti une histoire de film d'horreur classique. Leur scénario est simple, quelque peu prévisible, mais néanmoins efficace. Il n'y a rien dans Mortuary qu'on n'a pas déjà vu dans d'autres films, mais les deux auteurs ont un talent pour rendre intéressant du matériel recyclé. D’ailleurs, il y a certains éléments du script qui ressemblent beaucoup à Toolbox Murders. Je leur donne aussi beaucoup de crédit pour avoir créé une panoplie de personnages très intéressants. Parmi ceux-ci, on retrouve la mère de famille qui s'improvise embaumeuse de cadavre, le petit voyou de service, la propriétaire excentrique d'un restaurant et le malade qui rôderait peut-être dans le cimetière. Dans le rôle principal, Dan Byrd est excellent. Il joue à merveille l'adolescent normal auquel il est facile de s'identifier.

Par contre, malgré tous les efforts de Anderson et Gierash, Mortuary n'est pas aussi réussi que Toolbox Murders. Le principal défaut du film est ... la réalisation de Hooper. Ce dernier n'a pas fait un mauvais travail, puisqu'avec Mortuary, il nous offre un bon petit film d'horreur le fun. Mais avec un scénario aussi prometteur, le film aurait pu être beaucoup mieux. Une approche à la Lucio Fulci (Zombie) aurait pu élever Mortuary au statut de classique. Sa réalisation n'est pas mauvaise, juste très ordinaire. Les attaques de zombies manquent terriblement de mordant et l'action n'est pas assez rythmée. Les effets spéciaux sont aussi ordinaires, mais il faut dire que Hooper n'a plus la notoriété d'avant, ce qui veut dire des budgets plus petits... Par contre, venant d'un réalisateur sur le déclin, le résultat est néanmoins satisfaisant. Avec l'absence presque totale de sang et l'atmosphère très légère, j'ai été surpris d'aimer autant le film.

Le film est distribué sur DVD par Echo Bridge une nouvelle compagnie. Étant leur premier film qu'il distribue sur DVD, j'ai été surpris de la qualité du produit. Le transfert est excellent et on a même droit à une piste audio DTS. Tobe Hooper participe à une piste de commentaire très intéressante. De plus, il y a un documentaire sur le tournage d'une durée de 53 minutes. Celui-ci aurait pu bénéficier d'un meilleur montage, mais il n'en demeure pas moins qu'il est très intéressant.

Pour revenir à la question que je me posais: est-ce que le retour de Tobe Hooper est un feu de paille ? Je crois que je vais attendre son prochain film pour me prononcer. En attendant, j'ai un bon petit divertissement en Mortuary.

  • Mr. Horreur-Web

  • Night Of The Creeps (1986)
  • Funeral Home (1980)

    Venez discuter de Mortuary sur le forum.