NIGHT OF THE DEMONS

2010

RÉALISATION: Adam Gierasch
SCÉNARIO: Adam Gierasch et Jace Anderson
AVEC: Monica Keena, Shannon Elizabeth, Edward Furlong, Diora Baird et Bobbi Sue Luther

Mettons les cartes sur table. Je n’aime pas la version originale de Night Of The Demons. C’est certainement le film d‘horreur des années 80 le plus surévalué. Je n’aime pas Night Of The Demons 2 non plus. Et je n’ai pas eu assez de patience pour regarder Night Of The Demons 3 en entier! Selon votre opinion sur les remakes, cela laissait peu de chance à la nouvelle mouture de Night Of The Demons ou, au contraire, faisait de moi le candidat idéal pour l’apprécier. Monsieur Gierasch, c’est votre jour de chance!

Angela Feld est une jeune femme entreprenante qui organise une fête d’Halloween dans le manoir Broussard. Bien que l’endroit ait été l’hôte d’un mystérieux suicide et de la disparition de six personnes il y a 85 ans, cela n’arrête pas la jeune femme prête à tout pour exploiter les fêtards. Alors que la soirée va bon train, les policiers se pointent pour y mettre fin. L’endroit est vidé et Angela est laissée seule, son assistante s’étant enfuie avec les recettes de la soirée. Lorsqu’ils ne parviennent pas à retrouver l’une de leurs amies, un groupe de jeunes adultes retournent dans le manoir pour la chercher. Il s’avère que la jeune femme s’était endormie complètement saoule derrière la console de son. Prêts à repartir, le groupe et Angela se butent à une clôture verrouillée à l’extérieur. En cherchant un supposé passage secret dans le sous-sol, ils découvrent six squelettes poussiéreux. Angela se fait mordre par l’un d’eux alors qu’elle tentait d’y retirer une dent en or. Ça ne prend pas de temps pour que la séduisante hôtesse se mute en démon, transformant au passage plusieurs de ses invités. Un petit groupe de survivants devra résister aux attaques, jusqu’à ce que le lever du soleil vienne les sauver.

Démarrons cette critique avec un commentaire qui ne me rendra pas très populaire auprès des amateurs du film original. Bien qu’il ne casse pas la baraque, le remake d’Adam Gierasch est de loin supérieur à la version de Kevin Tenney (qui est crédité comme producteur). Le scénario que Gierasch a écrit avec sa partenaire Jace Anderson (le couple est responsable des scénarios de Toolbox Murders, Mortuary et Mother Of Tears) prend plusieurs libertés sur la source originale sans toutefois perdre l’essence de l’œuvre. Tout en respectant les grandes lignes et en s’assurant d’incorporer quelques clins d’œil, Gierasch et Anderson nous offrent un film bien personnel qui dégage les mêmes sensibilités horrifiques qu’ils ont démontrées avec leurs projets subséquents. L’histoire, qui se déroule maintenant en Nouvelle-Orléans est plus dynamique, incorporant des notions de vaudou dans le passé du manoir. Avec une trame sonore irrésistible et une distribution alléchante, il est difficile de ne pas être charmé dès les premières minutes de ce remake.

Ce qui démarque la nouvelle version de Night Of The Demons de son prédécesseur, c’est le savoir-faire de son réalisateur. Malgré quelques succès à sa filmographie, Kevin Tenney n’est pas un réalisateur très talentueux. Visiblement inspiré par les Argento et Hooper de ce monde, Gierasch a un souci visuel qui sert merveilleusement bien Night Of The Demons. Son visuel, à la fois coloré et très granuleux, jumelle deux styles qui font habituellement chambre à part et donne une identité distincte à l’œuvre. Les amateurs de la trilogie initiale se retrouveront en terrain connu, sans toutefois avoir l’impression de déjà vu. D’ailleurs, Gierasch reprend à sa façon les deux moments clés du film original, la danse d’Angela et la fameuse scène du rouge à lèvres. Cette dernière, bien que mieux maitrisée dans le film original (je vais lui donner ça) est étonnement malsaine.

Le cinéaste apporte aussi une touche intéressante lors des scènes de flashbacks destinées à élaborer le passé du manoir. Celles-ci sont tournées dans un ton sépia, tel un film muet avec de la musique prépondérante et des intertitres. Une scène de meurtre assez graphique bénéficie grandement de la technique. En plus d’apporter un souci artistique, ces flashbacks permettent d’ancrer le récit dans le passé nébuleux du manoir.

Pour redonner vie à Angela et ses amis, Gierasch s’est entouré d’une distribution surprenante. C’est Shannon Elizabeth qui a le devoir de chausser les bottes de cuir d’Angela! Puisque la personnalité du personnage a changé, il est difficile de faire des comparaisons. Parmi les victimes potentielles, Monica Keena (Freddy Vs Jason) est une valeur sure dans le rôle de l'héroïne finale tandis que Diora Baird (Texas Chainsaw Massacre : The Beginning) et Bobbi Sue Luther (Laid To Rest) transpirent du sex appeal! Edward Furlong, qui semble être sorti tout droit d’un dépotoir, offre une performance qui pue le je-m’en-foutisme, mais heureusement, ça colle à la peau du personnage. Les Scream Queens Tiffanie Sheppis et Linnea Quigley (qui jouait dans l’original) font aussi de courtes apparitions. Soyez aussi attentifs pour des fêtards déguisés en pantin de Jigsaw et en Victor Crowley.

Il est certain qu’Adam Gierasch aurait pu faire mieux que le produit final. Son film manque de mordant et n’offre rien de terriblement original. Les confrontations entre les humains et les démons sont certes gores, mais jamais surprenantes. Son film aurait bénéficié de l’ajout d’une ou deux scènes clés, comme celles qui ont fait le succès du film original.

En entrevue, le réalisateur à qui l’on doit aussi l’excellent Autopsy a révélé avoir voulu faire un film d’horreur pour les adolescents de 17 ans. Il a réussi son pari. Bien qu’elle se digère très rapidement, sa version de Night Of The Demons est amusante et parfaite pour une soirée d’Halloween entre amis. Il est certain que le nom Night Of The Demons ne bénéficiera certainement pas d’une grande résurrection, mais il y a pires façons de passer 90 minutes.

  • Dany Champagne

  • • La Nuit Des Démons (version française/Québec)

     

    Night Of The Demons (1988)
    • Night Of The Demons 2 (1994)
    • Night Of The Demons 3 (1997)

     

    Mortuary (2006)
    Autopsy (2008)

     

     
     


    Horreur Web © 2003-2008
    Création/rédaction: Dany Champagne • Graphisme: Daniel Bérard