THE SKELETON KEY

2005

RÉALISATION: Iain Softley
SCÉNARIO: Ehren Kruger
AVEC: Kate Hudson, Gena Rowlands, John Hurt, Peter Sarsgaard et Joy Bryant

The Skeleton Key est un film qui démystifie le mythe du Hoodoo (et non pas Voodoo! ). Le Hoodoo est une magie impliquant des croyances africaines, des connaissances botaniques amérindiennes et du folklore européen. Ce type de magie est utilisée par les Afro-Américains du sud des États-Unis.

Caroline (Kate Hudson) est une jeune infirmière qui vient d'être engagée par un vieux couple habitant une région perdue de la Louisiane. La femme, Violet, a besoin d'aide pour s'occuper de son mari, Ben, qui est paralysé et ne peut parler depuis qu'il a été victime d'une crise cardiaque. Dès sa première journée, Caroline sent que quelque chose de pas normal s'est déroulé dans la demeure du couple. Avec son regard de chien piteux, Ben semble lui implorer de l'aide, mais Caroline n'arrive pas à le comprendre. Lorsqu'elle demande ce que faisait Ben dans le grenier lorsqu'il a eu sa crise, Violet est évasive et fuit la question. Caroline, voulant mieux comprendre la maladie de son patient, décide de s'aventurer dans le grenier. Elle est étonnée de voir que la clé passe-partout (skeleton key) qu'on lui a donné n'ouvre pas une des portes. Lorsqu'elle réussit à ouvrir la fameuse porte, elle découvre une pièce remplie de trucs destinés à la magie noire. Lorsque Ben se met à agir de façon de plus en plus étrange, il devient évident qu'il a été victime d'un sort et non d'une crise cardiaque.

Une bonne partie de The Skeleton Key repose sur la création d'une atmosphère glauque. Le tout est réussi, en grande partie dû au fait que le réalisateur incorpore à merveille l'environnement de la Louisiane dans son histoire. Le scénario de Ehren Kruger (Scream 3, The Ring) brosse un portrait juste et réaliste du phénomène Hoodoo. Kruger n'utilise pas de termes complexes et nous explique clairement en quoi consiste cette magie. Le film tombe rarement dans les excès et l'action se résume en grande partie au personnage de Kate Hudson qui fouille de fond en comble l'étrange maison (qui ressemble à s'y méprendre à celle dans le remake The Texas Chainsaw Massacre) du vieux couple. Le film est un peu lent au début, mais ceci ne sert qu'à intensifier l'atmosphère désirée par le réalisateur. L'élément horreur, absent au début du film, apparaît enfin à la dernière demi-heure. Même si The Skeleton Key n'est pas le meilleur film d'horreur de tous les temps, la dernière partie est enlevante et quelque peu originale. Le revirement final est bien pensé et fonctionne à merveille. Par contre, je m'étais tellement fait dire que le punch final était aussi fort que celui dans The Sixth Sense que j'ai été un peu déçu de constater que tel n'était pas le cas. En fait, je ne qualifierais pas la fin de revirement, mais plutôt de progression logique de l'histoire. Ce qui compte, c'est qu'elle est réussie.

La distribution est assez étonnante pour un film d’horreur. Kate Hudson (Almost Famous), qu’on est habitué de voir dans des comédies, fait un bon travail. Elle ne deviendra sûrement pas une future « Scream Queen », mais sa prestation donne de la vie au film. Des vétérans comme Gena Rowlands (Gloria) et John Hurt (The Elephant Man, Alien) apportent un peu de prestige au film. Si Hurt est relégué au lit tout le long du film, Rowlands, pour sa part, a la chance d’explorer plusieurs avenues avec son personnage coloré de Violet.

En tant que film d'horreur, j'aurais aimé que la tension soit plus élevée et que l'élément horreur soit légèrement plus présent. Un des points qui m'a un peu agacé dans le film est que le personnage de Kate Hudson est beaucoup trop curieuse à mon goût. À peine arriver chez ses employeurs, elle se met à fouiller partout et poser des questions qui ne la regarde pas. Je sais que ses indiscrétions servent à faire avancer l'histoire, mais je suis persuadé que Ehren Kruger aurait pu trouver un meilleur moyen que de coller une personnalité à la Columbo au personnage principal.

Néanmoins, The Skeleton Key est un film d'horreur réussi, qui, à défaut d'être audacieux ou original, livre correctement la marchandise. Les films d'épouvantes réussis traitant de phénomènes occultes tel le Voodoo (ou Hoodoo) sont rares, donc The Skeleton Key fait bande à part.


  • Titres français: La Clé Des Secrets (Canada) et La Porte Des Secrets (France).

  • Le budget du film était de 43 millions.

  • Chronicle Of The Raven (2005)
  • Rosemary's Baby (1968)

    Venez discuter de THE SKELETON KEY sur le forum.