TRAILER PARK OF TERROR

2008

RÉALISATION: Steve Goldmann
SCÉNARIO: Timothy Dolan
AVEC: Nichole Hiltz, Jeanette Brox, Brock Cuchna, Matthew Del Negro et Trace Adkins

Créé par Christopher March et James Dracoules (superbe nom de famille!) Imperium Comics est un publicateur de bandes dessinées indépendant. Leur première œuvre : Trailer Park of Terror, une anthologie en quatre épisodes. C’est en 2005 qu’Imperium Comics accepte l’adaptation de leurs bande dessinée en film et c’est trois ans plus tard que nous avons la chance d’en apprendre plus sur ce petit coin de …paradis!

Norma est une jolie jeune fille habitant un sordide « Trailer Park » rempli d’horribles personnages. Mais lorsque ceux-ci tuent l’homme qui désire la sortir de cet enfer, elle fait un pacte avec le diable et assassine tout le monde avant de se suicider. C’est donc dans ce bled perdu qu’un pasteur et ses jeunes à problèmes se retrouvent en panne à la suite d’un orage. Norma les accueille avec plaisir, mais pas par altruisme, car un carnage s’ensuivra.

Trailer Park of Terror est l’un des films à prendre le moins au sérieux de l’année. C’est un amalgame de blagues de mauvais goûts, de gore, de combats d’auto (!), de zombies et de sexe gratuit. Autrement dit, Trailer Park of Terror est un film d’horreur parfait pour un party! Je n’ai jamais lu aucune des bandes dessinées de Trailer Park of Terror, alors je ne sais pas si le film respecte l’essence de la publication, mais je sais que Timothy Dolan s’en est donné à cœur joie dans son scénario. Le texte contient évidemment tout les clichés du genre : la pute, l’obsédé sexuel, la junkie, le mec qui se prend pour un dieu, etc… . Mais au lieu de venir nuire au film, Dolan décide plutôt de s’en servir dans son histoire afin d’accentuer les aspects du film d’horreur. Par exemple, l’obsédé sexuel rencontrera une masseuse zombie qui le séduira avant de le tuer et lui faire un happy ending qui va…faire des dégâts!

Il n’y a qu’une seule minuscule ombre au tableau. Vers le début, alors que nos protagonistes arrivent chez Norma, elle se met à raconter une histoire du temps qu’elle était vivante à propos de sa mère et d’un tournage porno amateur. L’histoire en tant que telle est très amusante et donne une scène assez intense, mais elle vient complètement couper le rythme. On réembarque alors dans le film, mais avec quelque peu de difficulté. C’est l’équivalent de tomber dans un trou alors qu’on est en pleine course, qu’on doit se relever et reprendre le rythme.

Pour une raison que j’ignore, le gore extrême gratuit de Trailer Park of Terror ne m’a pas autant dérangé qu’il aurait dû. Habituellement, quand j’écoute un film qui utilise des scènes supposées dégueulasses pour faire réagir le spectateur, j’aime plus ou moins. Mais le film ne se prend tellement pas au sérieux qu’ici, je trouve qu’il n’y en a pas assez! Trailer Park of Terror est tellement divertissant, que c’est le genre d’œuvre qui peut se permettre d’en beurrer un peu plus épais que la moyenne. On a du découpage de bras, des zombies qui explosent, un mec qui se fait arracher le pénis et un gars qui se fait frire vivant et tout cela m'a laissé sur ma faim. Par contre, ça n’empêche pas que ce que l’on nous sert est divertissant.

Petit bonus, il y a un acteur dans le film qui offre les meilleures scènes. Non seulement il agrémente le long métrage avec ses chansons et ses notes de guitares électriques rock, mais il contribue à la scène la plus tordante du film! Le réalisateur Steve Goldmann aurait dû lui laisse plus de place à mon avis, à lui seul, il représente l’âme démente du film.

Trailer Park of Terror ne casse pas la baraque, mais nous procure un divertissement fort intéressant qui offre une belle alternative pour votre party d’horreur annuel.

  • Dominic Paulhus

  • • Le Parc De La Terreur (version française/Québec)

     

    Feast (2006)
    The Devil's Den (2006)

     

     
     


    Horreur Web © 2003-2008
    Création/rédaction: Dany Champagne • Graphisme: Daniel Bérard