VAMPIRE GIRL VS FRANKENSTEIN GIRL

2009

RÉALISATION: Yoshihiro Nishimura et Naoyuki Tomomatsu
SCÉNARIO: Naoyuki Tomomatsu
AVEC: Yukie Kawamura, Eri Otoguro, Jiji Bû, Takumi Saito et Aya Nishisaki

Le maître des effets spéciaux et réalisateur Yoshihiro Nishimura, responsable de Tokyo Gore Police, et le réalisateur Naoyuki Tomomatsu à qui l'on doit Stacy et Eat The School Girl unissent leurs forces pour porter à l'écran la manga Vampire Girl Vs Frankenstein Girl de Shungiku Uchida. Comment le résultat pouvait-il ne pas être totalement délirant?

Nouvellement arrivée à l'école, Monami tombe sous le charme de Jyogon, le seul garçon respectable de sa classe. Étant une vampire depuis son enfance, Monami décide d'offrir de son sang à celui qu'elle aime, sous la forme d'un chocolat de Saint-Valentin. Les manigances de la petite nouvelle ne plaisent pas à Keiko, la salope de l'école et fille de l'assistant-directeur, qui s'adonne être la copine de Jyugon. Une rivalité se forme entre les deux filles et se termine par la mort accidentelle de Keiko. Heureusement pour la demoiselle, son père, pourtant timide et réservé, est en fait un brillant scientifique qui tente de découvrir le secret de la vie après la mort. Aidé de l'infirmière sexy de l'école, il reconstruit sa fille à l'aide des parties de corps humain d'étudiantes. Comme son titre l'indique si bien, un combat sans merci s'en suit entre la fille vampire et la fille Frankenstein... le tout, au haut de la tour de Tokyo!

Vampire Girl Vs Frankenstein Girl est un croisement totalement absurde entre Heathers et Dead Alive sur l'acide!! C'est le genre de film qu'on doit voir pour le croire et revoir pour être bien certain de ce qu'on vient de voir! Abandonnant quelque peu le film de fantômes depuis quelques années pour le gore outrancier, le cinéma japonnais offre un monument du n'importe quoi servi avec une dose d'hémoglobine rarement égalée. Le film affiche ses couleurs (ou devrais-je dire SA couleur) dès la première scène, alors que Monami massacre trois étudiantes-zombies, ne laissant sur son passage que les cranes de ses victimes. La scène semble tout droit sortie d'un film de Peter Jackson. Le ton est donné, mais encore là, elle ne représente qu'une infime partie de la folie projetée par Vampire Girl Vs Frankenstein Girl.

Avec ce film, Yoshihiro Nishimura et Naoyuki Tomomatsu ne se sont donné aucune limite. Que ce soit au niveau du gore ou des tabous qu'ils piétinent allégrement. Le film met en scène une bande d'étudiantes japonaises qui se sont teint la peau en noir pour agir comme des africaines. Elles boivent seulement du café noir, récitent des citations de Barack Obama et ridiculisent Michael Jackson de renier sa couleur! Un autre groupe d'étudiantes participe à une compétition nationale de tranchage de poignet, la gagnante étant celle ayant réussi à se couper le plus souvent sans s'arracher le bras! Et puis il y a le réalisateur Takashi Shimizu qui personnifie un professeur dont le seul intérêt est de vanter les mérites de la série de films Ju-On: The Grudge. Si ses personnages peuvent sembler complètement accessoires à l'histoire, leur présence gagne tout son sens dans les derniers droits du film.

Côté gore, c'est l'apothéose! Bien que les deux cinéastes aient très souvent recours à des effets numériques, le sang gicle tellement de partout, qu'il en vient difficile de faire la différence. Chaque coupure est accompagnée d'un geyser de sang, à la façon Kill Bill, et chaque scène surpasse la précédente en matière de folie. Le film contient une confrontation hilarante entre une femme et une petite goutte de sang. Et si vous voulez mesurer la démence du film, la Frankenstein Girl s'arrache le bras, se le cloue sur la tête et s'envole comme un hélicoptère pour rattraper sa proie! Et pour ceux qui croiraient que ma critique dévoile trop d'éléments du film, rassurez-vous, ce n'est que la pointe de l’iceberg.

Outre le gore et son scénario ridicule, Vampire Girl Vs Frankenstein Girl est réussi puisqu'à la base, c'est une histoire d'amour mignonne. Malgré ses excès, le ton du film est d'une légèreté comparable à une petite brise d'été. Le film n'est pas parfait, ses défauts se comptent à la dizaine, mais c'est un divertissement assez unique, qui s'aura plaire aux amateurs de cinéma gore excessif aux accents de comédie romantique. Voilà un style de film qu'on ne retrouve pas au cinéplex!

  • Dany Champagne

  • • Kyûketsu Shôjo Tai Shôjo Furanken (Titre original/Japon)

     

    The Machine Girl (2008)
    • Tokyo Gore Police (2008)

     

     
     


    Horreur Web © 2003-2009
    Création/rédaction: Dany Champagne • Graphisme: Daniel Bérard