WHEN A STRANGER CALLS

2006

RÉALISATION: Simon West
SCÉNARIO: Jake Wade Wall
AVEC: Camilla Belle, Tommy Flanagan, Tessa Thompson, Brian Geraghty et Clark Gregg

En 1979, grâce à une des premières scènes les plus effrayantes jamais tournées, When A Stranger Calls a terrorisé une génération de babysitters. Aujourd'hui, les seules personnes que ce remake risque de terroriser sont les commis des salles de cinémas qui vont se faire harceler par les clients leur demandant des remboursements!

Jill est une adolescente qui a été punie par ses parents pour un usage excessif de son téléphone cellulaire. Pour se racheter, elle doit aller faire du gardiennage pendant que ses amis font le party. Jill se rend donc chez ses clients, un couple de riches possédant une maison qui ferait saliver Bill Gates. Une fois installée, Jill reçoit des appels étranges. Au début, la personne au bout du fil ne dit rien, mais lorsqu'il se met à parler, ses intentions envers Jill ne sont pas très catholiques. Lorsque les policiers retracent l'appel, ils découvrent que le psychopathe téléphone de l'intérieur de la maison. Jill devra faire vite si elle ne veut pas être la prochaine victime.

When A Stranger Calls représente tout ce qui cloche dans la vague récente de remakes de films d'horreur. En fait, le film est tellement médiocre que j'ai peur de ne pas avoir assez de talent en tant que "critique" pour le rabaisser à sa juste valeur!?!?! La première fois que j'ai vu When A Stranger Calls (version 1979), j'ai eu de la difficulté à dormir. Les premières 23 minutes du film sont un exercice en terreur. Cette scène-là devrait être montrée aux futurs réalisateurs de films de suspense car elle est parfaite. Par contre, le reste du film n'était pas si parfait que ça... L'idée derrière le remake était de reprendre seulement le premier 23 minutes en l'étirant sur 90 minutes. C'est comme si je rajoutais des litres et des litres d'eau dans ma bouteille de vin favorite, dans le but de la faire goûter à mes amis. L'eau dilue le vin, qui lui, ne goûte plus rien. J'ai l'air stupide de vous expliquer ça, mais c'est un principe que Jake Wade Wall, le scénariste, n'a pas compris. Le résultat est non seulement un des pires remakes jamais réalisés, mais aussi un des pires films d'horreur des dix dernières années.

Le film original était effrayant pour deux raisons. La réalisation de Fred Walton et le fait qu'il était facile de s'identifier aux événements de l’histoire. Pour le remake, c'est tout le contraire. Le film nous est servi à la sauce hollywoodienne. Tout est plus gros, plus exagéré, moins subtil et surtout plus cliché. La maison est située au milieu de nulle part et semble appartenir à Bill Gates! Il y a même une immense serre pour les oiseaux et les poissons à l'intérieur (moments de suspense extrêmes garantis dans celle-ci)! Avant d'être terrorisée par le maniaque, Jill a le temps d'être soit appelée ou visitée par ses amis qui pourraient tous, bien sûr, gagner n'importe quel concours de beauté. Lorsque finalement le psychopathe décide d'appeler (le film s'appelle When A Stranger Calls quand même), 45 minutes se sont écoulées et aucun développement concret n'a été apporté à l'histoire. Quand on pense que dans le film original, après trois minutes, on était déjà en mode "suspense extrême"!!! Lorsqu'enfin on entend sa voix, le maniaque n'a rien de particulièrement effrayant à raconter. On dirait qu'il vient d'écouter Scream et qu'il essaie de le parodier.

Avant de regarder le film, j'ai lu une entrevue avec le réalisateur Simon West (Tomb Raider). Il disait qu'il n'avait pas réalisé un film d'horreur, mais un thriller psychologique intelligent. Eh bien, monsieur West, si votre but était de ne pas réaliser un film d'horreur, pourquoi avez-vous subtilisé tous les clichés inimaginables du genre ? Si j'avais eu à boire une gorgée de bière après chaque cliché, j'aurais été saoûl mort après dix minutes! Autant il utilise les clichés à profusion, autant West n'a aucune idée de ce que veut dire le mot subtilité. Au début du film, on voit l'héroïne s'entraîner à la course à pieds. Son entraîneur lui fait la remarque qu'elle est capable de faire mieux. Hum... Je me demande si Jill va utiliser son habileté pour s'enfuir du meurtrier!?!?! Vous en voulez encore? La première scène du film nous montre le tueur sévir dans une maison. Pour démontrer que personne n'est à l'abri du maniaque, le réalisateur a décidé de placer cette maison juste en face d'un immense cirque avec des manèges, des feux d'artifices et des enfants qui rigolent. En plus, il y a plusieurs honnêtes citoyens, qui se saluent les uns les autres, qui passent devant la maison de la victime. Ce n'est pas fini!!! La maison est, de plus, située devant un hôtel nommé Jésus! C'est à peine s'il n'y a pas des clowns qui dansent devant la maison pour avertir les spectateurs que le meurtrier peut sévir dans les endroits les plus amicaux!! Vers la fin du film, je n'étais plus capable de m'arrêter de rire. Le film est à ce point mauvais!

C'est toujours la même histoire avec Hollywood. Lorsqu'un style de film fait de l'argent, les studios étirent l'élastique jusqu'à ce qu'il pète. Avec When A Stranger Calls, l'élastique vient de leur revenir en plein visage! J'espère qu'ils vont lâcher les remakes et enfin se concentrer à nous offrir des films originaux. Si vous voulez vraiment voir de la terreur, louez le premier, point à la ligne!

  • Mr. Horreur-Web

  • When A Stranger Calls (1979)

  • When A Stranger Calls Back (1993)

  • Scream (1996)
  • I Saw What You Did (1965)

    Venez discuter de When A Stranger Calls sur le forum.