THE WIG

2005

RÉALISATION: Shin-yeon Won
SCÉNARIO: Sung-won Cho et Shin-yeon Won
AVEC: Chae Min-seo, Yu Seon, Moon Soo et Sa Hyon-jin

Quiconque a déjà vu un film d'horreur japonais, coréen ou thaïlandais sait à quel point les asiatiques font une fixation sur les cheveux longs foncés. Contrairement aux américains, les asiatiques n'ont pas besoins de zombies, de tueurs en série ou autre loup-garou pour leur donner la frousse. La simple vue d'un spectre féminin aux cheveux longs est assez pour leur faire dresser les poils sur la tête! Bien que le concept ait été exploité comme ce n’est pas possible, il y a encore des cinéastes désireux d'apporter du renouveau au genre.

C'est le cas de du réalisateur Shin-yeon Won (A Bloody Aria) qui pousse la fixation des cheveux à l'extrême en faisant de son vilain principal... une perruque! Pour encourager sa soeur atteinte de leucémie, Ji-hyeon lui achète une jolie perruque faite sur mesure. Malgré l'état grave de sa soeur, celle-ci se met à récupérer miraculeusement à chaque fois qu'elle porte la perruque. Puis, les cadavres se mettent à s'empiler. Il devient alors clair pour Ji-hyeon que la perruque est possédée par un fantôme.

Au vu de la pochette du DVD de The Wig distribué au Canada par Genius Entertainment, on serait porter de croire que le film de Shin-yeon Won fait dans l'excès gore facile et de mauvais goût. Il faut dire que le distributeur a choisi une pochette qui représente très mal ce film d'horreur atmosphérique et sombre. The Wig se veut un retour au source du cinéma asiatique qui devenait aseptisé, américanisé même, depuis quelques années. De par son absurdité, sa profondeur et son contenu, The Wig rappelle les belles années du cinéma de spectre asiatique, celui qui nous a donné des classique du calibre de Ringu et Pulse.

À l'aide d'un sujet profond, l'acceptation du deuil, Shin-yeon Won créer un malaise d'emblé ce qui rend la tâche d'effrayer le spectateur plus facile. Et c'est que The Wig a de mieux à offrir, quelques frissons qui viennent vous résonner dans la colonne! Avec une narration décousue, le cinéaste nous tient sur un pied d'alerte en alternant de style et de ton tout en nous balançant des images d'une force considérable.

Malheureusement son brio s'essouffle rapidement avec un dernier segment qui semble tout droit tiré d'un épisode de Scooby Doo! Après nous avoir tenu en haleine pendant une bonne partie du film, Shin-yeon Won introduit une explication complètement loufoque derrière l'identité du spectre qui hante la perruque. Au lieu de centrer l'action sur les deux personnages principaux, Won introduit un nouveau personnage qui n'a rien à voir avec la prémisse tout en donnant une important majeure à un personnage secondaire inutile à l'histoire. Déjà que le film est difficile à suivre, Won vient encore plus mêler les cartes avec une finale franchement navrante.

Ce qui aurait pu être une réflexion intéressante sur la mort ou même un clin d'oeil ingénieux au surplace du cinéma asiatique n'est au final qu'un autre film dérivé incapable de lâcher prise à un style épuisé depuis fort longtemps! À voir néanmoins pour le talent de metteur en scène de Shin-yeon Won et les performances des actrices principales.

  • Dany Champagne

  • Gabal (titre original/Corée Du Sud)

  • Ju-On: The Grudge 2 (2003)
  • Exte: Hair Extension (2007)

    Venez discuter de The Wig sur le forum.