WRONG TURN 3: LEFT FOR DEAD

2009

RÉALISATION: Declan O'Brien
SCÉNARIO: Connor James Delaney
AVEC: Tom Frederic, Janet Montgomery, Tamer Hassan, Gil Kolirin et Borislav Iliev

Après avoir bifurqué dans le grand guignol, la série Wrong Turn revient à un style légèrement plus sérieux avec son troisième chapitre, Left For Dead. Est-ce que ce retour aux sources est synonyme avec retour à la qualité? J'ai bien peur que non!

Un pénitencier de la Virginie s'apprête à transférer des prisonniers jugés dangereux. Puisque les chances d'attentat envers l'autobus qui les transporte sont élevées, les autorités décident d'emprunter une route peu connue, qui longe une immense forêt. Étonnement, ce n'est pas un associé d'un des criminels qui cause du trouble aux policiers, mais Three Fingers, le cannibale consanguin notoire qui hante les bois de la Virginie. Après avoir renversé l'autobus transportant les prisonniers, Three Fingers, les attire dans sa forêt, là où il a installé une multitude de pièges. Destinés à devenir de la nourriture pour cannibales, les prisonniers devront s'allier s'ils veulent survivre et trouver un chemin qui les mènera loin de la forêt.

Wrong Turn 3: Left For Dead débute comme un slasher pour adolescents. Une bande de jeunes au comportement immature régurgitent des dialogues qui irritent les oreilles, se dévêtissent gratuitement et annoncent sans pudeur et sans subtilité qu'ils sont des cibles sur deux pattes!! Puis, le cannibale mutant apparaît et se débarrasse de ses victimes de façons spectaculaires et sanglantes. D'emblée, le réalisateur Declan O'Brien (Cyclops) place la barre haute. Sa première scène est un clin d'oeil efficace aux deux premiers films et contient deux meurtres totalement décapants qui rivalisent avec les meilleurs moments du premier film! Malheureusement, les six premières minutes ne reflètent pas le reste du film. En tentant de différer du premier film, Wrong Turn 3 s'éloigne plutôt de ce qui a fait le succès de ce dernier et de ce genre de film en général.

L'idée d'opposer un groupe de prisonniers aux consanguins est rafraîchissante et permet au scénariste d'explorer des avenues qu'on ne voit pas avec le groupe d'adolescents typiques à ce genre de film. Les prisonniers sont sauvages, violents et ne sont définitivement pas le genre de personnes qui se laissent incommoder par des péquenots! La table est donc brillamment mise pour un affrontement sans merci. Comme c'est souvent le cas, la bonne idée n'éclot jamais. Wrong Turn 3 est essentiellement 90 minutes de prisonniers perdus dans les bois qui tentent de s'arnaquer les uns les autres. De temps en temps, le mutant consanguin vient clamer une victime, question de nous rappeler qu'on assiste bien à un film de la série Wrong Turn.

Au lieu de développer le groupe de cannibales, suite aux événements du deuxième film, le scénario se concentre plutôt sur les personnages des prisonniers. Une trop grande partie du scénario leur est consacré et plusieurs histoires secondaires les impliquant n’apportent rien d’intéressant. En plein milieu du film, ils découvrent dans la forêt un camion rempli de sacs d’argent. Ce revirement permet d’approfondir la psychologie des personnages et les rivalités entre chaque prisonnier, mais il transforme le film en épisode allongé de Prison Break au lieu de le pousser en territoire de survival viscéral. Un autre aspect qui nuit au film est le manque de cannibale. Non seulement, les apparitions de Tree Fingers sont rares, mais il est pratiquement le seul vilain du film. Son fils, dont on assiste à la naissance dans le deuxième chapitre, fait une courte apparition, mais n’est jamais utilisé à son plein potentiel.

Ce que Wrong Turn 3 réussit sont les scènes de meurtres. Mis à part certaines scènes qui abusent des effets CGI, les meurtres dans Wrong Turn 3 sont originaux et brutaux. Certains moments témoignent même de l’influence de la torture porn, mais sont appliqués à point. Le tout premier meurtre du film est superbe et démontre la direction vers laquelle le film aurait dû se diriger.

Wrong Turn 3 m'a plus diverti que la suite précédente, mais n'empêche que j'ai moins de respect pour celui-ci. À mon avis, Joe Lynch s'est planté avec son Wrong Turn 2: Dead End, mais il a au moins eu le courage de s'assumer pleinement dans le style de divertissement qu'il visait en plus de démontrer une audace inébranlable. Wrong Turn 3 pique de moins haut, certes, mais c'est une oeuvre moyenne, heureuse de porter le titre Wrong Turn, mais totalement dépourvu d'intérêt. C'est 90 minutes vite passées, mais dont on ne garde aucun souvenir. Ramenez donc Eliza Dushku dans la série, elle sait comment botter des culs!

  • Dany Champagne

  • Sortie Fatale 3 (titre français/Québec)

    Wrong Turn (2003)
    Wrong Turn 2: Dead End (2007)
    Wrong Turn 4: Bloody Beginnings (2011)

    The Final Terror (1983)
    See No Evil (2006)

     
     


    Horreur Web © 2003-2009
    Création/rédaction: Dany Champagne • Graphisme: Daniel Bérard